Accueil du site > 20. Vie de la paroisse > 10. A la une > Dimanche 22 décembre 2019, 4ème dimanche de l’Avent – A Dimanche de la (...)

Dimanche 22 décembre 2019,
4ème dimanche de l’Avent – A
Dimanche de la Charité

vendredi 20 décembre 2019, par paroissebonniere

La fête de Noël : un émerveillement !

Émerveillement face à la maternité d’une femme- de toutes les femmes- qui porte et donne la vie ; émerveillement face à la fragilité d’un enfant qui révèle la puissance de la vie humaine et sa résistance face à l’adversité ; émerveillement devant ce mystère de la Maternité et de la Vie qui oblige chacun à élever son esprit vers une réalité qui le dépasse : celle de Dieu, source de toute vie.

L’homme sait qu’il ne peut rien par lui-même : il ne peut se donner la vie, il ne peut la retenir, non plus, et donc chacun est conscient qu’il est le réceptacle d’un mystère : celui de la vie. Cette vie évolue en notre humanité et pourtant reste la même nous donnant d’être foetus, bébé puis adolescent, puis adulte et enfin vieillard. Naître, paraître, disparaître tel est le cours d’une vie aux yeux du monde. Naître, paraître, disparaître semble être le chemin que Dieu a pris Lui aussi… Naître en notre humanité dans la réalité d’un bébé, telle est la folie que Dieu a voulu vivre par amour pour les hommes.

Paraître est un verbe qui vient du latin parere = se montrer, se révéler. Ainsi Dieu, en Jésus, s’est manifesté et s’est révélé comme le Dieu de la Vie, de toute vie. Né de la Vierge Marie, Dieu s’est fait chair et a épousé notre humanité afin que toute l’humanité soit « divinisée » au sens d’élevée dans la Gloire de Dieu dans l’intimité de son Paternel Amour.

Le mystère de Noël est aussi étroitement lié à Pâques et à l’Ascension où Jésus va disparaître à nos yeux pour mieux être présent à nos coeurs et à notre âme. Noël est l’irruption de Dieu en notre humanité et la révélation que l’Amour de Dieu se fait petit, se fait humble pour conduire tous les humbles vers la rencontre avec Celui qui se révèle dans chaque maternité.

Seul un coeur d’enfant peut se laisser éblouir par la féérie de Noël, c’est parce que les hommes ont perdu leur coeur d’enfant qu’ils ont perdu le sens de Dieu et qu’ils n’y croient plus… Quelle tristesse ! Quel malheur !

Puisse la féérie de Noël donner à l’âme de chacun d’être touchée par la grâce de Noël et, comme les mages, être émerveillée par cet Enfant-Dieu, cet Enfant-Roi qui déjà dans la pauvreté de la crèche sauve le monde et le libère des ténèbres de la mort, du Mal et du péché pour le faire entrer dans la Lumière de Dieu, dans la lumière de la Vie qui, dès ici-bas, est déjà ‘éternelle’ puisque toute vie vient de Dieu. C’est cela que Noël vient nous révéler pour nous consoler et nous faire entrer dans la joie du Coeur de Dieu qui nous veut vivants et débordants de vie.

Bonnes fêtes de Noël et du Nouvel An !

Que le Seigneur nous bénisse et nous fasse grandir dans son Amour et la joie de son Salut.

Père Didier Lenouvel, Curé