Accueil du site > 20. Vie de la paroisse > 10. A la une > Dimanche 1er décembre 2019, 1er dimanche de l’Avent - A

Dimanche 1er décembre 2019,
1er dimanche de l’Avent - A

vendredi 29 novembre 2019, par paroissebonniere

L’Avent est un temps d’attente qui nous prépare à la venue du Seigneur que nous fêterons en sa naissance au cours de Noël. Rien n’est plus beau que de laisser grandir le désir dans son coeur et de le disposer à cette nouveauté que Dieu voudra nous révéler. Pour nous disciples de Jésus, il nous faut entrer dans cet attitude intérieure qui attend l’émerveillement que Dieu fera de Lui-même à notre âme ou à notre intelligence spirituelle et/ou rationnelle. Ce temps d’attente de l’Ad-venue de Dieu que nous vivons chaque année est là pour nous donner d’écouter l’Ecriture et la Parole de Dieu qui en notre humanité s’est incarnée et qui, chaque jour, nous mène à son accomplissement dans l’ordre de la grâce.

Le cycle liturgique, chaque année renouvellé, a pour but de nous faire comprendre que toute notre vie terrestre est un « Avent » qui nous prépare à la Venue de Dieu en notre âme, mais aussi à ce qui doit ‘ad-venir’ c’est-à-dire notre propre naissance à Dieu dans notre cheminement spirituel mais aussi à cet ultime évènement que sera notre ‘naissance’ en Dieu et à Dieu qui s’accomplira au jour de notre mort. Notre vie est comme une grande ‘gestation’ qui nous enfante, chaque jour toujours plus à Dieu. Comme Marie porta la promesse du Salut des hommes en ses entrailles, notre existence nous façonne dans l’incarnation de notre humanité à cette « divinisation » dont parle St Irénée ; « divinisation » de tout notre être qui nous donnera de naître en Dieu pour accomplir la Promesse que Dieu a faite aux hommes de bonne volonté.

Il est surprenant que des chrétiens n’y croient plus ou pas… que l’histoire qui suit nous fasse réfléchir : des jumeaux dans le ventre de leur mère ont une conversation intéressante

– Tu crois vraiment qu’il y a une vie après la naissance ?

– Oui, bien sûr ! C’est évident pour tous qu’il y a une vie après la naissance. Nous sommes en train d’être fortifiés et préparés pour ce qui nous attend là dehors.

– C’est vraiment stupide ! Il ne peut y avoir aucune vie après la naissance. C’est de la fantaisie. Comment penses-tu que cette vie pourrait être ?

– Eh bien ! Je ne connais pas les détails, mais je crois qu’il y aura plus de lumière, qu’on marchera certainement et qu’on mangera avec nos bouches.

– Quelle blague ! C’est n’importe quoi ! Il est impossible de marcher et de manger avec nos bouches. C’est ridicule, on a nos cordons ombilicaux qui nous nourrissent. Ecoute-moi : c’est impossible qu’il y ait une vie après la naissance, parce que notre vie est dans le cordon ombilical et que ce cordon est relativement court.

– Je suis sûr que c’est possible. Tout sera simplement différent. Je peux l’imaginer.

– Tu dois bien savoir que personne n’est jamais retourné d’ici. C’est certain que la naissance, c’est la fin de la vie. Et qu’est-ce que la vie au fait ? Juste une incessante souffrance, ici, dans le noir.

– Non, non, je ne sais pas exactement comment notre vie sera après la naissance. Mais, de toute façon, on verra finalement notre mère et elle veillera sur nous.– Quoi ? Tu crois en maman ? Où pourrait-elle bien être ?

– Elle est toujours autour de nous. On est en elle et c’est grâce à elle qu’on vit. Sans elle, on n’existerait pas.

– C’est de la folie ! Je n’ai jamais vu une maman, alors c’est clair que, pour moi, elle n’existe pas.

– Je ne peux pas être d’accord avec toi. Parce que, de temps en temps, quand tout est silencieux, je peux l’entendre chanter et je peux sentir sa main qui me bénit. Je suis persuadé que la vraie vie commence seulement après la naissance.

Père Didier Lenouvel, curé