Accueil du site > 20. Vie de la paroisse > 10. A la une > Dimanche 17 février 2019, 6ème dimanche du T.O., C

Dimanche 17 février 2019,
6ème dimanche du T.O., C

vendredi 15 février 2019, par paroissebonniere

« HEUREUX, VOUS LES PAUVRES, CAR LE ROYAUME DE DIEU EST A VOUS » Luc, 6,20

La première Béatitude, déclare bienheureux les pauvres de coeur, parce que le Royaume des Cieux leur appartient. En des temps où de nombreuses personnes souffrent à cause de la crise économique, associer la pauvreté et le bonheur peut sembler un contre sens. Comment pouvons-nous concevoir la pauvreté comme une bénédiction ?

Quand le Fils de Dieu s’est fait homme, il a choisi la voie de la pauvreté, du dépouillement. Comme le dit saint Paul dans la Lettre aux Philippiens : « Ayez entre vous les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus : Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’anéantit lui-même, prenant condition d’esclave, et devenant semblable aux hommes ». (2, 5-7). Heureux êtes-vous si vous êtes comme Jésus, pauvres de coeur, bons et miséricordieux ; si vous savez chercher ce qui est juste et droit ; si vous avez un coeur pur, si vous êtes artisans de paix, si vous aimez et servez les pauvres. Heureux êtes-vous ! Relisant l’Évangile, nous restons émerveillés : le plus pauvre parmi les pauvres, l’être le plus doux parmi les humbles, la personne au coeur le plus pur et miséricordieux, c’est précisément lui, Jésus. Les béatitudes ne sont que la description d’un visage, son Visage !

En même temps, les Béatitudes décrivent le chrétien. Elles sont le portrait du disciple de Jésus, la photographie de l’homme qui a accueilli le règne de Dieu et qui veut harmoniser sa vie avec les exigences de l’Évangile. Jésus s’adresse à cet homme en l’appelant « heureux ». Notre pauvreté, c’est notre richesse, notre besoin et notre joie de la relation à Dieu et à l’autre. Quand on se laisse ensemble regarder par le Christ, on devient pauvre comme lui, mendiant de l’amour du Père, action de grâce pour la vie reçue. Notre existence devient le lieu de l’alliance nouvelle entre Dieu et l’homme dans le Christ. Je n’ai pas envie d’être pauvre, j’ai envie d’être Le Christ.

« Être pauvre, ce n’est pas intéressant, tous les pauvres sont bien de cet avis. On les comprend, personne n’aime être pauvre. Ce qui est intéressant, c’est de posséder le Royaume des cieux. Mais seuls les pauvres le possèdent ». (Madeleine Delbrêl, La joie de croire)

Que Dieu vous bénisse tous ! Abbé Landry Védrenne, curé doyen