Accueil du site > 20. Vie de la paroisse > 10. A la une > Dimanche 11 novembre 2018, 32ème dimanche du Temps Ord. Année (...)

Dimanche 11 novembre 2018,
32ème dimanche du Temps Ord. Année B

samedi 10 novembre 2018, par paroissebonniere

DONA NOBIS PACEM

Au coeur de l’Eucharistie de ce Dimanche, nous présentons au Seigneur le centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918. Nous Lui remettons la fin des combats de la 1èreguerre mondiale qui a causé près de 10 millions de morts et nous Lui demandons la Paix pour la France et le Monde. A 9h45, le 11 novembre 1918, le télégramme suivant est envoyé partout en France : « Les hostilités seront arrêtées sur tout le front à partir du 11 novembre, 11h (heure française) ». C’est la Paix après une guerre effroyable qui aura duré quatre années interminables.

Le Pape Benoît XV est resté dans l’histoire comme un pape qui a voulu rétablir la force morale du droit face aux conflits armés. Il aura passé tout son pontificat à tenter d’apaiser le conflit, quitte à s’attirer l’hostilité de tous les belligérants. Dans sa lettre aux chefs des peuples belligérants, Benoît XV écrivait en 1917 : « Le point fondamental doit être, qu’à la force matérielle des armes soit substituée la force morale du droit ». Il voulait résoudre « l’épouvantable conflit autrement que par la violence des armes et reconnaître l’esprit serein les droits et les justes apparitions des peuples ».

A la fin de la guerre, le pape Benoit XV écrivit dans son encyclique Quod Jam Diu en décembre 1918 : « Ce jour que l’univers entier attendait anxieusement depuis longtemps et que tous les peuples chrétiens appelaient de leurs ferventes prières … nous le voyons, arrivé brusquement. Le bruit des armes a enfin cessé. Une paix solennelle n’a pas encore mis fin à la sauvage guerre, mais cependant cet armistice qui a arrêté les carnages sur terre, sur mer et dans les airs, a heureusement ouvert la porte et le chemin de la paix… Comme cela intéresse souverainement le bien général, c’est un devoir, surtout pour les catholiques qui, par profession, travaillent au bonheur et à la paix de la société humaine, d’invoquer par la prière l’assistance de la divine Sagesse pour les délégués à la conférence de la paix… »

Dona nobis pacem ! Seigneur, donne-nous la Paix ! Prions Jésus-Christ, lui le Prince de la Paix ! Par sa mort et sa Résurrection, Il a vaincu le mal et le péché qui séparait l’homme de Dieu.

Que Dieu vous bénisse !

Abbé Landry Védrenne, curé doyen