Accueil du site > 20. Vie de la paroisse > 10. A la une > Dimanche 21 et 28 février 2016 2ème et 3ème dimanche de Carême- Année (...)

Dimanche 21 et 28 février 2016
2ème et 3ème dimanche de Carême- Année C

vendredi 19 février 2016, par paroissebonniere

7 EME OEUVRE DE MISERICORDE CORPORELLE : ENSEVELIR LES MORTS

Pendant ce temps de carême, nous sommes invités à nous rapprocher de Dieu par le jeûne, la prière et l’aumône.

Le jeûne : c’est une privation volontaire de ce qui nous rassasie : un peu de nourriture peut-être, mais aussi de ces redoutables pièges à désir que sont le tabac, l’alcool, la télévision, l’ordinateur, telle ou telle passion… Tout ce qui met notre vie sous la tyrannie de l’habitude et du besoin. Et nous voilà tellement préoccupés de nous-mêmes qu’il n’y a plus de place dans nos vies pour la Vie qui est disponibilité, gratuité, vraie rencontre des autres et surtout vraie rencontre avec Dieu. 

La prière oriente notre désir vers Dieu et nous rapproche de Lui. Progressivement, elle modifiera notre regard sur toutes choses. La prière n’est pas seulement un acte de piété c’est une attitude fondamentale du chrétien qui consiste à dire : merci, pardon, s’il te plaît, en reconnaissant que nous ne sommes pas la source de notre vie et que pour l’essentiel tout nous a été donné. Ici aussi, il s’agit, humblement et modestement, de s’y mettre. 

L’aumône  : c’est le don. Ce don exprime notre désir de ne pas nous laisser enfermer dans la fascination des richesses et l’appât du gain. « Nous ne pouvons pas servir deux maîtres… ». L’action de carême de la paroisse cette année est en faveur de nos frères chrétiens persécutés du Moyen Orient avec l’œuvre d’Orient. Votre offrande permettra à nos frères de survivre face à l’horreur des persécutions contre les chrétiens. 

La 7eme œuvre de miséricorde corporelle nous invite à prier pour nos défunts : Ensevelir les morts

Le Christ n’avait pas où poser sa tête. Joseph d’Arimathie lui céda son tombeau et, qui plus est, eut le courage d’aller trouver Pilate pour lui en demander le corps. Nicodème l’aida aussi à l’ensevelir. (Jn. 19, 38-42). Pourquoi est-il donc important d’enterrer dignement le corps humain ? Parce que le corps humain a été la demeure du Saint-Esprit. Nous sommes « des temples du Saint-Esprit » (1 Cor 6, 19). Prions pour tous ceux qui sont morts et qui comptent sur nos prières. Nous pouvons demander des intentions de messe pour le repos de nos défunts et aussi les porter dans nos prières quotidiennes. 

 Abbé Landry Védrenne, curé doyen