Accueil du site > 20. Vie de la paroisse > 10. A la une > Dimanche 4 Janvier 2015 Epiphanie

Dimanche 4 Janvier 2015
Epiphanie

samedi 3 janvier 2015, par paroissebonniere

VOEUX PORTES PAR LES MAGES

L’arrivée des rois mages auprès de l’enfant Jésus, fêtée à l’épiphanie, devrait-elle être rangée parmi les jolies traditions colportées par une mentalité religieuse archaïque, ou a-t-elle véritablement quelque chose à nous dire pour aujourd’hui ? Même si l’événement paraît extraordinaire, de nombreux éléments montrent qu’il est tout à fait historiquement crédible. Certes le dernier parcours de l’étoile ne peut s’expliquer sans une intervention divine spéciale, mais notre foi affirme sur bien des points l’intervention surnaturelle de Dieu. Les mages sont des savants païens, non juifs, qui sont mystérieusement guidés jusque vers cet enfant pour reconnaître en lui « le Roi des juifs qui vient de naître ». Preuve que ce roi n’est pas comme un autre roi, ils viennent « se prosterner devant lui », et, nullement rebutés par l’humilité de cette naissance, lui offrent leurs présents royaux : or, encens et myrrhe. Pas de doute pour eux, cet enfant est l’envoyé de Dieu, et même sans doute le pressentent-ils, Dieu Lui-même caché, puisqu’il s’agit de se prosterner devant lui, mot que l’on peut traduire aussi par « adorer ».


Ce Roi divin d’Israël inaugurera une royauté qui concernera aussi toutes les autres nations et les mages le savent, sinon pourquoi auraient-ils fait le voyage et pourquoi éprouveraient-ils « une grande joie » ? Mais la menace déjà plane sur cet enfant, en la personne du roi Hérode qui, inspiré par le démon, voudra le faire tuer. Quand Dieu vient, pur et innocent parmi nous, l’humanité blessée par le péché, cherche à l’en empêcher, à l’éliminer. C’est pourquoi les mages doivent repartir par un autre chemin pour rentrer chez eux. La venue de Dieu ne nous laisse pas indemnes, elle change quelque chose de très profond dans notre vie. Nous ne sommes plus les mêmes quand nous avons vraiment découvert sa présence au point de « l’adorer ». C’est ce changement profond que je nous souhaite à tous pour cette nouvelle année qui se présente. Nous aurons ainsi une santé éclatante, celle qui vient de Dieu Lui-même, santé de l’âme avant tout, sans exclure celle du corps que nous souhaitons à chacun et pour laquelle, nous prions Jésus, « Dieu-Sauveur ».

Abbé Rémy Houette +