Accueil du site > 20. Vie de la paroisse > 10. A la une > Dimanche 2 mars, TO VIII

Dimanche 2 mars, TO VIII

vendredi 28 février 2014, par paroissebonniere




Entrée en carême 2014

Ce 5 mars nous allons célébrer ensemble la Messe des Cendres et entrer dans le Carême pour nous préparer à accueillir avec un cœur purifié et pacifié le Christ Ressuscité. Nous allons marcher vers la fête de Pâques, cœur de la foi chrétienne, qui célèbre la résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ. Le peuple d’Israël a cheminé pendant 40 ans entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise ; le Christ a passé 40 jours au désert (Matthieu 4, 1-11) entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de 40 symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements. Ainsi pour nous renouveler dans le Seigneur, durant les 40 jours de conversion du Carême nous sommes invités à approfondir la prière, la pénitence et le partage. La prière : Le carême est en effet un temps de prière plus intense et de renouveau spirituel par un engagement plus profond, c’est un temps de méditation et de conversion du cœur. La pénitence : n’est pas une fin en soi, mais la recherche d’une plus grande disponibilité intérieure. Nous sommes encouragés à nous réconciliés et à demander pardon à Dieu et à nos frères et sœurs. Le sacrement de la réconciliation nous fait avancer vers Dieu car il nous permet de faire l’expérience visible et vivante de l’amour du Seigneur. Durant ce temps de pénitence, nous désirons jeûner afin d’avoir soif et faim de Dieu et de sa parole. En jeûnant, nous voulons aussi exprimer notre volonté du jeûne et de l’abstention du péché De plus, jeûner pendant le carême n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône. Le partage : peut prendre différentes formes, notamment celle du don envers les plus pauvres et les plus petits. Ce partage nous pousse à nous dépouiller pour aider les autres. Notre Pape François dans son message d’entrée en carême, nous rappelle combien notre don doit nous coûter et nous décentrer pour laisser grandir le Christ en nous. : « Chers frères et sœurs, que ce temps de Carême trouve toute l’Église disposée et prête à témoigner du message évangélique à tous ceux qui sont dans la misère matérielle, morale et spirituelle ; message qui se résume dans l’annonce de l’amour du Père miséricordieux, prêt à embrasser toute personne, dans le Christ. Nous ne pourrons le faire que dans la mesure où nous serons conformés au Christ, Lui qui s’est fait pauvre et qui nous a enrichi par sa pauvreté. Le Carême est un temps propice pour se dépouiller ; et il serait bon de nous demander de quoi nous pouvons nous priver, afin d’aider et d’enrichir les autres avec notre pauvreté. N’oublions pas que la vraie pauvreté fait mal : un dépouillement sans cette dimension pénitentielle ne vaudrait pas grand chose. Je me méfie de l’aumône qui ne coûte rien et qui ne fait pas mal. » Bon et Saint Carême à tous ! 

Abbé Landry Védrenne